En Chine, le post-rock s’offre une cure de jouvence

26 Janvier 2018

					

On se plaignait il y a peu du manque de renouvellement chez Godspeed You! Black Emperor (tout en louant leur stakhanovisme) et du léger essoufflement ressenti. Bouteille à la mer ou joie des Internets, il semblerait que notre message ait atterri quelques 8’000 kilomètres plus loin, dans la province du Liaoning, où six gaillards s’attelaient, eux, à refiler un coup de fraîcheur à leur formule vieille de 17 ans en ajoutant trompettiste et violoncelliste à une armada déjà bien fournie.

Post-rock de bibliothèque ou rock expérimental à lunettes; les Chinois de Wang Wen s’affairent sur le même terrain que GY!BE, Mogwai, pg.lost et consorts. Et s’ils ne jouissent (de loin) pas de la même réputation que leurs proches cousins, ils n’en n’ont pas moins sorti huit albums studios largement recommandables, affichent quelques tournées mondiales au compteur et entendent continuer à le faire sans trop de concessions. Preuve à l’appui ce vendredi au Port Franc.

Mais la venue de Wang Wen était avant tout l’occasion pour nous d’avouer une couarde ignorance de la scène indépendante chinoise. Ignorance qu’on s’est empressés de combler avec l’aide de nos nouveaux post-rockeurs favoris: état des lieux en 13 titres par les généreux Wang Wen, c’est juste ici.

谢谢!

 

Vendredi 26 janvier – Le Port Franc, Sion
Wang Wen (cn) + Darius (ch)
20.-/25.-
Web